Soyez informé des mises à jour dans votre boite mail...

L'exquise Nouvelle

Pays

mercredi 30 mars 2011

Michel GOURDON

Michel Gourdon n'est plus...
Michel était né à Bordeaux en 1925,  diplômé de l'école des Beaux-arts de cette même ville, il a  travaillé dans le dessin animé. L'entreprise qui l'emploie ayant fait faillite, il s'essaie au dessin industriel, où il n'arrive pas à s'épanouir. Michel continue de dessiner pour des revues en-dehors de son travail, parmi lesquelles "Paris-Flirt" où naîtront ses célèbres pin-up.
Il a  réalisé près de 3500 couvertures pour les éditions Fleuve Noir entre 1950 et 1978. 
Si les collections Angoisse, Aventurier, Espionnage, Feu, Police et Présence des femmes sont si recherchées encore à ce jour, c'est certainement en grande partie grâce à lui, car tous les auteurs publiés ne sont pas forcément de talent.
Il a travaillé aussi pour d'autres éditions, comme J'ai Lu et les Presses de la Cité (collection Passion et Turquoise).
Tout comme son frère Alain (plus connu sous le pseudo de Aslan) il a commis quelques dessins érotiques de toute beauté que l'on peut retrouver dans deux porte-folios de dessins érotiques édités par JML Production.
Ils ont été tirés à 400 exemplaires.
C'est un des plus grands illustrateurs de San-Antonio qui s'éteint. Qui n'a jamais rêvé de posséder une de ses magnifiques gouaches sur cartons contrecollés ?
Je pense aussi, et cela n'engage que moi, que Gourdon est, ou malheureusement fut, (car il aurait été mieux que cela soit de son vivant) un artiste méconnu, comme le sont bon nombre d’illustrateurs, alors que quand on voit le talent dont il faisait œuvre... La finesse des traits, les expressions des personnages, les couleurs...
Michel Gourdon fut recruté en 1950 par Armand de Caro pour son aptitude à représenter la pin-up, très en mode dans les années cinquante, import outre atlantique où les Jane Mansfield et Betty Page cartonnaient dans les magazines. Jusqu'au numéro 36 de la collection "Spécial Police" on trouvera les demoiselles de papier de Gourdon dans des poses lascives, mais les démêlés avec la justice d'Arman de Caro avec la censure (interdiction d'affichage, de ventes aux mineurs) pour la collection "Rouge et Noire", plus connue sous le nom de "La flamme". Il faut savoir que la moitié des titres de la collection sont sujet à plainte, de Caro décide alors de stopper en court "la Flamme" et par la même occasion de calmer le jeu dans les illustrations "Spécial-Police". Michel se doit de s'adapter.  A partir du N° 37, on trouve toujours de belles demoiselles, mais avec un fond collant au roman.
Puis au N° 47 de la série, "Sans Pardon" de Michel Laforest, c'est la dernière fois que la Pin-Up est au premier plan, au suivant, "Passez moi la Joconde" de notre cher San-Antonio, elle passe au second plan pour y rester plus ou moins définitivement.
C'est la naissance des couvertures plus "noires", moins sexy.
D'ailleurs, pendant la "répression de la Pin-Up" , certains demandent l'interdiction pure et simple d'imprimer toute illustration contenant une pin-up afin d'éradiquer la pornographie (Étonnant non?). De 1955 à 1957, on voit carrément ces belles dames disparaître, seul l'homme reste : 
-Messieurs les hommes, 1955, San-Antonio
-Fais gaffe à tes os, 1956, San-Antonio
-Impasse à la dame, 1956, Peter Randa
-Un bagarreur, 1956, M-G Braun
-Au suivant de ces messieurs, 1956, San-Antonio
-Coup de torchon au paradis, 1956, A. St Moore
-On n'en meurt pas, 1957, Frédéric Dard
C'est à cette époque que va naître le San-Antonio qui restera ancré dans nos mémoires, et que Gourdon va utiliser jusque 1969 dans En avant la moujik, les deux suivant ne représentant pas San-A sur la couvrante...
Fin 1957, la pin-up revient, sur un San-Antonio d'ailleurs, Les anges se font plumer, mais elle n'est présente que rarement, il faudra attendre 1969 pour qu'elle revienne au premier plan, puis libération sexuelle oblige, elle connaîtra son apogée de 1971 à 1978,
N°1401 : La honteuse blessure de Dominique ARLY sera la dernière apparition de cette sublime femme, le suivant , Sinistre et compagnies de Pierre NEMOURS comportera un personnage masculin, ensuite ce sont des photos qui illustreront les couverture de la série "Spécial Police" du Fleuve Noir, il faudra attendre 1985 avec 
Pitié pour les mousmées de Buzz BULLY pour voir les dessins revenir, mais le charme du pinceau de Michel Gourdon n'est plus présent...
Michel Gourdon,  dont le crayon a été chassé par l'appareil photo va travailler un peu pour Télé 7 jours, Actuel, faire quelques campagnes de pub, puis progressivement se retirer  dans sa chaumière pour se consacrer à son amour de toujours, le dessin  à la sanguine de la femme dans toute sa splendeur. 
Michel est décédé le 16 mars à l'âge de 85 ans, un de plus en moins....

Si j'ai la passion du dessin c'est grâce à Michel et ASlan, si je me suis mis à lire San-Antonio, c'est parce que les couvertures de Michel m'ont ému.

Je me suis servi de deux formidables sites pour cet article, celui de Papy Dulaut et celui de l'inspecteur Matis
Veuillez me pardonner à l'avance si j'ai commis quelques erreurs, n'ayant pu trouver toutes les illustrations dont j'aurais eu besoin, et j'ai plus fait cet article avec la passion, qu'avec la connaissance..
 Merci à Thierry Gautier pour les photos de Michel.

mercredi 23 mars 2011

O gai ! vive la rose !


Frédéric Dard a reçu, et recevra encore beaucoup d'hommages, tout du moins je l'espère, et dans tous ces hommages qui lui ont été rendus pour le dixième anniversaire de sa mort, il en est un  qui m'a beaucoup touché, c'est lors de l'inauguration du jardin de Montmartre, une rose pour San-Antonio, le rosier Frédéric Dard.
Ma passion pour les plante se connectait avec celle pour Frédéric.
En effet qui n'ai je pas encore saoulé lors d'une AG sur les caractéristiques de telles plantes croisées dans un parc où autres lieux, sur la vitesse de croissance de mes bambous?
 
Toujours est-il que lorsque m'adressant un mail pour le blog et l'inauguration du jardin Frédéric Dard dans le XVIII à Paris, Joséphine me parle dans ce message de la naissance d'une rose portant le nom "Frédéric DARD", je n'ai pu m'empêcher de la questionner sur la bête.
J'ai su que cette rose serait une rose blanche, qu'elle était issue de la roseraie de Monsieur Jean-Pierre Guillot, et que comble de bonheur pour un collectionneur, cette rose serait commercialisée.
Rencontre avec le créateur de cette rose...
 
Bonjour Monsieur Guillot, tout d'abord, je tiens à vous dire que vous faites l'un des plus beaux métiers du monde, créer et entretenir des fleurs, déposer en quelque sorte de la poésie dans notre vie quotidienne, merci...
Je fais effectivement un des plus beaux (mais pas un des plus vieux...) métiers du monde et l'on pourrait même dire que je suis né dans une rose, puisque je suis la 5ème génération de Guillot à créer des roses et produire des rosiers, faisant effectivement de notre famille la plus ancienne au monde.
Créer une rose Frédéric Dard a été une idée que j'ai eue avant son décès et j'en avais parlé à Patrice, son fils, comme vous le savez qui lui a fait part de mon désir de lui dédier une rose. Il avait accepté avec plaisir cette proposition. Nous lui avions demandé quelle était la couleur qu'il préférait et nous avait dit qu'il souhaiterait une rose blanche. Cela m'avait surpris et puis nous étions tombés d'accord sur une rose blanche.
Ceci se passait peu de temps avant sa disparition et lors du décès de Fréderic Dard, je n'avais pas voulu les importuner avec ce projet que nous avions.
C'est à ce moment qu'est entrée en jeu Joséphine que j'avais rencontrée lors du décès de son père à Saint-Chef,qui m'a téléphoné il y a deux ans pour reparler du projet qui m'a évidemment emballé, malgré la disparition du parrain de la rose, mais qui répondait à mon désir de lui rendre hommage .

Je suppose que si vous avez eu l'idée de faire une rose "Frédéric DARD", soit vous êtes un amateur de l'œuvre, soir vous l'avez connu, voire les deux ?
Je suis évidemment amateur de l’oeuvre et le personnage me plaisait énormément. De plus, nous sommes de la même région.
 
Comment crée t-on une rose, est ce que plusieurs essais sont nécessaires avant d'arriver à la fleur finale ?
La création d’une rose est un processus long qui demande de l’expérience, des connaissances génétiques, du goût,de l’objectivité par rapport à la création que l’on a faite, de la persévérance, de la patience et de l’humilité. Il ne faut pas moins de 6 à 8 ans avant la mise au commerce d’une rose.
 
Cette fleur est-elle issue de greffons ?
La rose est issue d’une hybridation, c’est-à-dire d’un croisement entre deux variétés de roses, sélectionnées pour leur résistance, leur floribondité, leur couleur et leur parfum. Le créateur a le privilège de choisir qui sera le père ou qui sera la mère. En effet, la rose est hermaphrodite et elle doit par conséquent être castrée avant d’être hybridée.
Je suis sûr que Frédéric Dard aurait adoré que je lui explique tout cela.

 Quels sont les noms des pieds mères qui ont servi à cette naissance ?
Les roses ont effectivement un arbre généalogique qui n’est pas toujours dévoilé et en particulier dans le cas de la rose Frédéric Dard qui possède des qualités apportées par les parents et que nous ne souhaitons pas dévoiler.
 
 
Donner le nom d'une rose à une célébrité est une chose que l'on voit de temps à autres. En feuilletant votre catalogue en ligne (lien actif sur blog), j'ai pu voir des rosiers aux noms de Émile Garcin, Marlène Jobert, Michel Fugain, Philippe Candeloro (arbuste au port retombant ?) Comment vient l'idée, est-ce vous qui décidez de rendre hommage à une personne, ou est-ce elle ou sa famille qui vous contacte ?
C’est généralement nous qui proposons à une personne que nous estimons et à qui nous désirons rendre hommage, de leur dédier une rose. C’est le cas pour Frédéric Dard qui a probablement été un de premiers auteurs que j’ai lus lors de mon adolescence, au début des années 60. Je raconte encore que je lisais dans ma chambre et poussait des éclats de rire en me demandant si ma famille n’allait pas me prendre pour un fou à rire tout seul dans mon lit.
Lorsque j’ai fait la connaissance de Patrice, nous avons immédiatement sympathisé et quelque temps plus tard je lui ai parle de ce projet de rose.
.
Nous avons également des demandes particulières que nous acceptons ou non. Il est néanmoins clair que nous ne pouvons, compte tenu du coût de la recherche, dédier une rose à une personne inconnue et dont le sucés commercial serait compromis dès le début. Il nous arrive également de vendre nos créations. Il faut prévoir alors un budget de 10 à 20000 euros selon la qualité et l’originalité de la rose.
 
 
J'ai pu aussi lire sur votre catalogue que les rosiers portant des noms célèbres avaient une légende, je prends pour exemple le rosier Marlène Jobert, (soit dit en passant, des fleurs d'un magnifique rose fluorescent ), on peut lire : " L’actrice est mutine, fantasque, joyeuse… Sa rose est tout aussi surprenante et gracieuse...." Pourriez-vous, s'il est déjà écrit, offrir pour le blog des Amis de San-Antonio, la primeur du texte qui illustrera la photo du rosier Frédéric DARD ?


...

D'autres rosiers "célèbres" sont-ils en cours de création ?
Oui, nous avons quelques variétés qui vont être baptisées cette année : Antoine de Caunes qui était un passionné de Frédéric Dard, Laurent Voulzy, Yves Duteil, Vanessa Paradis, Andrée Chedid, Corinna Schumacher.
 
 
Je vous remercie de bien avoir voulu répondre à mes quelques questions, encore deux petites, et je vous laisse retourner soigner vos plantes. Quand pourra-t-on acquérir cette rose, et à quel prix ?
Cette rose sera disponible en quantité à partir d’octobre 2011. Son prix sera de 17,75 euros avec une remise de 10% pour l’Association des Amis de San-Antonio.
 
 
Que vous ayez un jardin, où bien un simple balcon, vous trouverez ici,  le bon de commande afin de devenir l'heureux propriétaire d'un rosier Frédéric DARD.

C'est quasi religieusement, presque la larme à l'œil, que j'ai planté mes rosiers, les feuilles commencent tout juste à sortir, j'ai commandé une plaque de rue, "Jardin Frédéric Dard, dit San-Antonio", j 'attends fébrilement la première fleur, je sais c'est con...
Lors de la naissance de cette rose, à l'inauguration du jardin, était présent José, un ami de San-Antonio, José est partit rejoindre Frédéric, ces quelques roses sont pour lui...
 

mardi 8 mars 2011

Pour Elisabeth

"Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin, et part vers l’océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’horizon.
Quelqu’un à mon côté dit : « Il est parti ! »
Parti vers où ? Parti de mon regard, c’est tout !
Son mât est toujours aussi haut,
Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.
Et juste au moment où quelqu’un près de moi dit : « Il est parti ! »
Il y en a d’autres qui le voyant poindre à l’horizon,
et venir vers eux s’exclament avec joie : « Le voilà ! »
C’est ça la mort ! "

WILLIAM BLAKE
 A un oiseau tombé du nid...Guy Carlier
"C'est aujourd'hui dimanche, et je vais voir Papa,
voici cette rose blanche,elle fut créée pour toi...
Et quand tu t'en iras, au grand jardin, là-bas...,
Toutes ces roses blanches, tu les emporteras.
En conclusion, je déclare:
Vive la rose Frédéric Dard ! Et que grâce à elle, vive Frédéric Dard au-delà de nos cœurs !"
compteur pour blog