Soyez informé des mises à jour dans votre boite mail...

L'exquise Nouvelle

Pays

jeudi 13 octobre 2011

Premier bilan après l’apocalypse, de Beigbeder


Ou quels sont les cent livres à sauver avant que l'édition numérique ne détruise le papier ?
Cent livres, c'est un peu réducteur, disons plutôt cent œuvres à sauver, ou à avoir absolument dans sa bibliothèque. Celle qu'il faut conserver au XXIème siècle et surtout considérer comme les classiques de la littérature moderne.
Bien sûr, ce choix est celui de Frédéric Beigbeder, donc c'est un choix qui lui ressemble, un peu de classique comme Salinger et Fitzgerald, un soupçon de surprise, Easton Ellis, et surtout, d'où le but de cet article : San-Antonio !!

J'aime assez ce que fait Beigbeder. Je me suis déjà régalé de quelques-uns de ses livres, pas tous. J'apprécie les émissions littéraires, ses papiers, mais je ne m'attendais pas à San-Antonio...

Frédéric DARD, oui, je l'ai déjà entendu clamer les louanges de certains Frédéric DARD, et même de hors-série, mais pas des aventures de notre célèbre Commissaire.

Beigbeder a chois "EN AVANT LA MOUJIK", et comble de la dédicace de l'auteur à un autre, il lui a attribué la place numéro 69 de son classement. Le commissaire a dû apprécier ! Pendant 4 pages, Beigbeder va déclarer sa flamme à San-Antonio, lui rendre un bel hommage, nous expliquer ce que Frédéric Dard a changé en lui :

"San-Antonio sifflait la récré. San-Antonio a changé ma vie depuis "En avant la Moujik !", je refuse catégoriquement de m'emmerder en lisant ou en écrivant. Je lis pour m'enfuir, j'écris pour revenir. Grâce à Dard je sais que c'est possible : Lire comme l'on entend la sonnerie libératrice. Depuis Dard je sais que la littérature reste la meilleure chose à faire dans une journée pour lutter contre la claustrophobie".

C'est beau non ?
Moi je trouve, vraiment, un bel hommage sincère et émouvant au cours de ces quatre petites pages. Juste un détail qui m'a fait sourire, et qui fera sûrement sourire tout lecteur du "Monde de San-Antonio" : "... l'admiration de Cocteau, l'amitié d'Albert Cohen..."
Comme quoi, il n'y a pas de hasard dans la vie...

Premier bilan après l'apocalypse, de Frédéric BEGBEIDER, éditions GRASSET.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

compteur pour blog