Soyez informé des mises à jour dans votre boite mail...

L'exquise Nouvelle

Pays

jeudi 1 septembre 2011

En attendant le prochain...



Je vais vous causer du précédent...
Deux p’tites tours et puis s’en vont.
21ème tome des nouvelles aventures de San-Antonio écrites par Patrice, et deuxième petit format, depuis « ça sent le sapin », les nouvelles aventures sont aussi en format poche, pour « marquer » les 10 ans, pour jouer dans la même cours, comme le disait Patrice en prologue à ce tome 20.
Une fois de plus San-Antonio et Béru retournent aux States…Pour lutter contre le terrorisme, deuxième fois en six ans, la première étant dans « Ze San-Antonio code » que Sana lutte contre Ail Qaida et Ben Laden, on retrouve d’ailleurs aussi la belle Amilah, déjà croisé dans « des vertes et des pas mures », qui vient trouver notre commissaire préféré car figurez vous qu’elle vient de voir son frère, mince, me rappelle plus de son prénom, si !! C’est Djibril (excusez moi, mais je n’ai pas pu m’empêcher…) à la télévision américaine, ce n’est pas que voir son frangin assister à un match de base ball des Yankees soit si extraordinaire que ça, mais quand le susdit frère est décédé dans l’attentat des tours jumelles le 11 septembre 2001, y a de quoi s’inquiéter, surtout quand on sait qu’une menace terroriste pèse sur la France…
Voici donc la fine fleur de la police française partie à la recherche de ce rescapé qui pourrait bien être un des maillons de ce qui se trame contre la France, et c’est partie pour 292 pages d’aventures…
Je trouve que plus l’on avance dans les nouvelles aventures, plus Patrice pose ses marques, ce qui est normal d’ailleurs, mais déjà dans le précédent ; « Ca sent le sapin », on sent que la loufoquerie, la gaudriole, l’humour potache prennent le dessus sur l’intrigue, est ce que cela va plaire à tout le monde ?
Je n’en sais foutre rien, ce que je sais c’est que moi je suis client de cet humour, de se laisser aller, d’ailleurs Frédéric le maniait aussi de temps à autre dans ses digressions, l’exagération à outrance, c’est là tout l’art de savoir jusqu’ou aller pour rester drôle sans saouler le lecteur.
Comme toujours des personnages truculents, dont Zorra Carlotti, alors Zorra, chez moi, c’est un prénom qui décoince une poussée de testostérones qui monte et me fait hurler comme, je sais pas moi, tiens comme dit Patrice : « Me ferai pousser une goualante de chacal sodomisé par zèbre et à qui une hyène déchiquète les roustons » Souvenirs de jeunesse que tout « quadra » qui a eu des idées masturbatoires devant Zora la rousse, Zora belle et farouche comprendra. Amélie qui a pourtant eu tout le tome 21 pour accoucher n’a pas voulu mettre au monde Elisabeth, elle arrivera très certainement dans le tome 22…
Tout ça pour vous dire que j’ai été heureux de retrouver « mon San-Antonio » dans de nouvelles aventures, que j’ai déjà hâte aux prochaines, et que la couvrante de Boucq, une fois de plus est superbe…
Merci Patrice…

PS : Comme sur des roulettes sort le 7 septembre 2011!! 
 
Sinon, notez sur vos tablettes que l'association sera présente en force  au salon du polar de Toulouse "Polar en sud" les 7, 8 et 9 octobre 2011, l'ami Michel Bergnes tiens un stand, Maxime et Blandine seront eux en dédicaces ...

1 commentaire:

  1. Un San-A comme on les aime. Je partage le questionnement. Est-ce que ça va plaire à tout le monde. Ainsi que la réponse : je n'en sais foutre rien, mais que c'est bon !
    Vivement le suivant. Une semaine à poireauter...

    RépondreSupprimer

compteur pour blog