Soyez informé des mises à jour dans votre boite mail...

L'exquise Nouvelle

Pays

samedi 3 décembre 2011

Il en aurait pensé quoi, San-Antonio ?

Notre ami le Piton, dit "Fouille-presse" pour les intimes, nous offre chaque jour, à nous, heureux membres du forum des Amis de San-Antonio, tous les liens, les scans, les podcasts et que sais-je encore dès que notre bon Frédéric DARD est cité dans le texte.
Seulement, là, y a un article qui coince, le Piton l'a en travers la gorges, alors logiquement un python, ça se dilate la gueule pour pas que ça coince...
Et comme beaucoup, quand on est en colère, le mieux est de gueuler un bon coup, de crever l'abcès :


"En France (et sans doute dans le monde)  il est désormais impossible d’être critique, irrévérencieux ou de faire simplement preuve d’humour vis-à-vis des religions sans être qualifié d’islamophobe ou christianophobe. Sans être anticlérical, on peut constater que certains prennent la religion en otage pour faire valoir leurs idées,  en voilà un exemple:
 
Du 16 au 19 Novembre, le Service culturel de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) organisait le 3ème Festival à haute voix, “Livres en tète” , au réfectoire des cordeliers à Paris 6°,avec Daniel Pennac dans le rôle du Président et Pierre Jourde dans celui du chef d’orchestre.
Le mercredi 16 étaient lus des textes de “faux rebelles”, des textes de pétroleurs d’opérette comme la littérature en regorge”, le jeudi des “récits fantaisistes”, le vendredi “des portraits” et le samedi...
Le samedi il y a bal, on danse, et entre deux pas de deux, on écoute les lectures. En l’occurrence des textes pornographiques de Boyer d’Argens, Pierre Louys, Sade, Verlaine, et Frédéric Dard.
Bon, il est vrai dans un premier temps, je me demande ce que Frédo fait là-dedans, je connais ses textes (il s’agit d’extraits de San-Antonio) je reconnais leur caractère grivois, mais quant à les qualifier de pornographiques, je suis étonné... Bon...
Mais mon étonnement ne s’arrête point là, lorsque que j’apprends que les organisateurs reçoivent des courriers menaçants de la part de catholiques pas contents du tout, indiquant que si de telles saletés étaient de nouveau lues dans le réfectoire d’un ancien couvent, il alllait y avoir des représailles avec agressions physiques et jets de bombes d’eau bénite.
Mais qui sont ces cons ? C’est mon Frédo qui les a énervés ? Ces culs serrés ne savent pas rire ? Non, certainement pas, Frédéric était catholique comme moi, sans doute beaucoup plus croyant que moi, et il a écrit de magnifiques pages sur le bon Dieu. Non ça ne vient pas de lui.
Alors le sujet peut-être, le sexe ? Ces catholiques-là ont des problèmes sexuels, mais vous remarquerez que tous les extrémistes religieux ont des problèmes sexuels et prennent en otage la religion avec leurs testicules. Cela se soigne avec un bon psy. Bon, donc ça ne vient pas non plus du sujet.
Bon, alors le lieu. Il faut dire que le réfectoire des cordeliers n’est plus un lieu consacré depuis des décennies, qu’il sert à toutes sortes de spectacles et qu’il ne s’agit pas d’une église ou d’un monastère, mais d’un bon vieux réfectoire. De multiples édifices religieux ont été vendus au cours des siècles, transformés, parfois en habitations où les rapports sexuels ne sont pas poursuivis ou interdits. Donc le lieu n’est pas en question.
Bon alors? Alors il n’y a aucune raison.
Enfin si il y a une raison qui consiste pour ces cons à se priver eux-mêmes de ceci ou cela, mais surtout à vouloir en priver les autres. Ils ne peuvent pas croire et nous foutre la paix, non, ce serait une offense, un blasphème. Mais pourquoi ne comprennent-ils pas qu’ils agissent ainsi au détriment de leur cause ?   "
 
Je comprends et partage la colère de mon ami, et je me demande ce que Frédéric en aurait pensé...
San-Antonio, je sais... 
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

compteur pour blog